jeudi 8 janvier 2015

"Charlie" assassiné

Tristesse, accablement, bien sûr et avant tout. Aujourd'hui, on a assassiné "Charlie Hebdo". Pour de vrai. Difficile de se résoudre au fait que Cabu, Wolinsky, Bernard Maris, Tignous et Charb aient disparu du paysage. Comme pour Coluche ou Reiser, je vous fiche mon billet que nous serons nombreux, dans quelques années, à nous dire "dommage qu'il(s) ne soi(en)t) plus là pour en parler à sa (leur) manière". Du monde tel qu'il va et ne va pas, et en particulier de la connerie humaine qui pollue nos yeux et nos oreilles jour après jour.
Colère, dégoût et mépris, aussi, à l'égard de ces illuminés sanguinaires et de ceux qui les inspirent.

Toutefois tenter, malgré tout, de chercher à se dégager de la posture "tous-unis-contre-le-terrorisme", parfaitement légitime et nécessaire pour ce qui est de la classe politique et des discours officiels, mais un peu courte pour autant qu'on veuille aborder ce drame en "citoyen", comme on dit.


Car il convient de faire deux constats:

  • Cet attentat est une atteinte à la liberté d'opinion, et donc à la démocratie. C'est un fait: on s'en est pris à des journalistes, des caricaturistes, dont la possibilité d'expression est un des indicateurs les plus fiables qui soit de la nature démocratique d'un régime politique. Pas de libertés politiques voire de liberté tout court sans liberté de la presse, fût-elle perfectible à bien des égards
  • "Charlie Hebdo" n'était pas n'importe quel organe de presse, dans le paysage médiatique français. Depuis une quarantaine d'années, avec des hauts et des bas mais jamais sans entrain, il usait et abusait de deux ingrédients particuliers: l'humour et l'irrespect - singulièrement à l'égard des religions
Alors même s'il n'aura échappé à personne qu'il est plus facile de mener un assaut contre les bureaux d'un journal, même sous "protection policière" (les guillemets s'imposent, à l'évidence) qu'à un bâtiment militaire, au palais de l'Elysée, voire à la plus anodine des agences bancaires - sachant que les terroristes ne sont pas forcément suicidaires - on est en droit de se dire que la rédaction de "Charlie Hebdo" jouait dans le paysage médiatique un rôle exemplaire. Et que les victimes de l'attentat de ce jour, à Paris, ont été tuées pour l'exemple.

Aujourd'hui, on a entendu les uns et les autres - journalistes, artistes, politiques, curés, rabbins, imams - nous répéter en boucle qu'il ne faut pas "faire d'amalgame" (entendez: dire haut et fort que tous les musulmans ne sont pas des terroristes en puissance, et inversement) et qu'affirmer son attachement aux principes républicains de tolérance et de "vivre-ensemble" est un impératif catégorique. 
Soit. Ne faisons pas d'amalgame, je suis le premier à en convenir. Mais tant qu'à trier le bon grain de l'ivraie, allons jusqu'au bout: n'amalgamons pas, non plus, "Charlie Hebdo" et le reste du paysage médiatico-politique, fût-ce sous la couverture consensuelle de la "démocratie".

Car le message des assassins d'aujourd'hui est clair: "Vous pouvez nous bombarder avec vos drônes, nous parachuter des "forces spéciales" sur le coin de la gueule, nous torturer en douce, à la limite on s'en fout. Mais rire de nous et de nos obsessions religieuses, non, ça, c'est insupportable."
Or cette volonté d'éradiquer l'irrespect en matière de religion, les islamistes radicaux n'en ont pas l'exclusivité même si - là encore, pas d'amalgame - ils portent cette forme d'intolérance à un paroxysme incomparable. C'est précisément le message que clamait "Charlie Hebdo", et à cet égard il n'est pas anodin que d'éminents représentants du christianisme et du judaïsme aient fait cause commune avec les associations musulmanes qui naguère attaquèrent (en vain) le journal en justice. Bref, "Charlie" n'était pas un poil à gratter que pour les fous d'Allah, loin s'en faut.

Mais le fait est que tout porte à croire que ce sont bien des fous d'Allah qui ont fait le coup, aujourd'hui, pas des obsédés du Talmud ou des Evangiles. Dès lors ce discours contre l'amalgame se voudrait un rempart contre ceux qui font leur beurre avec la peur de l'Islam, un remède contre la Zemmourerie, les Lepénades et les prophètes du "grand remplacement". Noble intention, tant il est vrai qu'il ne va pas se passer longtemps avant que ne se relance un débat sur la "question musulmane". Marine Le Pen a d'ores et déjà clamé qu'il convenait de "nommer le problème", à savoir l'islamisme radical. Affirmation qu'on pourrait qualifier d'enfoncement de porte ouverte, n'était, dans la logorrhée frontiste, cette propension à user du terme "islamistes" plutôt que celui de Nord-Africains, comme autrefois les antisémites distingués parlaient d' "israélites" plutôt que de Juifs, mais passons.
Cela étant pas d'amalgame, faisons de nouveau le tri et gageons ceci, justement: ni Eric Zemmour, ni Marine Le Pen, ni des journaux comme "Minute", "Le Figaro Magazine" ou "Valeurs Actuelles" ne constitueront jamais des cibles pour les zinzins du Coran. D'une part parce que leur existence-même apporte un surcroît de crédibilité au discours des islamistes - leur islamophobie met les musulmans en position de victimes, et rien de tel que la victimisation pour séduire, de nos jours. D'autre part parce que, fondamentalement, ces gens, ces médias, partagent avec les "jihadistes" un paradigme essentialiste et une obsession identitaire: l'Europe ne saurait être que chrétienne, de même que quelqu'un originaire du "Dar al Islam" n'a d'autre option que de se conformer au Coran et aux Hadiths. Et, de facto, les uns et les autres partagent une même détestation de ceux qui pissent sur la statue du Commandeur, qui se rient des injonctions soi-disant supra-humaines, qui ne respectent ni les dieux ni les maîtres, ni les drapeaux ni les bannières. Bref, les uns et les autres vomissent de toute leur âme les gens comme ceux qui animaient "Charlie Hebdo".

Or s'il n'existe plus la possibilité d'un "Charlie Hebdo" ou de son équivalent, si l'humour irrespectueux disparaît du paysage, alors n'en déplaise aux pisse-vinaigre et aux piliers d'église, de synagogue et de mosquée, la liberté d'opinion en prend un sacré coup dans la gueule. Je fais partie de ceux qui pensent que le droit à l'irrespect est au moins aussi nécessaire à la santé d'une démocratie que celui au conservatisme le plus étriqué.

Tristesse, accablement, colère, dégoût, mépris, oui. Envie de hurler que la bêtise sanglante de trois sinistres connards, voire même de douze ou de quinze, ne saurait nous amener à nous méfier a priori de millions de gens normaux, oui. Mais "m'amalgamer" aux bigots, aux racistes, aux homophobes, aux réacs, aux populistes, non, et "unité nationale", mon cul. 

"Charlie", tel que nous l'avons connu, est mort. C'est déjà triste, mais si on laisse n'importe qui pleurnicher sur sa tombe, alors en plus il sera mort pour rien.

Bonne année à tous, quand même


2 commentaires:

Jean-Francois Deltheil a dit…

Au lieu de se focaliser sur la peur de l'amalgame et de ses consequences, l'article juste et courageux qui suit parle de solutions. De quel droit retirer à la communauté musulmane sa part de responsabilité ? Arrêtons de grâce de poser en victime l'Islam.

http://quebec.huffingtonpost.ca/abdennour-bidar/lettre-au-monde-musulman_b_5991640.html

Riwal a dit…

Tout-à-fait d'accord, Jeff... J'ai lu le papier d'Abdennour Bidar et on ne peut qu'y souscrire, les problèmes posés par et au monde arabe-musulman ne sont pas exclusivement causés par "l'Occident"... Malheureusement, en attendant que ce message porte, va falloir se coltiner l'immédiat, et l'immédiat c'est, notamment, de contrer les connards bien de chez nous avant qu'ils ne finissent de pourrir la situation. C'était ça aussi le combat de "Charlie", que bien sûr les "barbus" n'ont ni voulu ni pu (par bêtise) comprendre.